fbpx

Programme “100 Villes, 100 Jours”

Un dialogue national avec la population locale pour répondre à vos aspirations et demandes

100 Villes, 100 Jours : Khenifra

100 يوم 100 مدينة : خلاصات محطة خنيفرة
16

Saoud D.

En ce qui concerne Khénifra, si vous avez un tableau, vous pouvez aller devant chacune de vos cases et écrire “Néant” !Les gens souffrent. La ville est négligée à tout point de vue. Que ce soit en termes d’infrastructures ou en termes de projets qui peuvent créer de l’emploi. Khénifra se vide. Certains sont partis à Agadir, d’autres à Tanger et d’autres encore ont émigré clandestinement à l’étranger.

Il n’y a aucune dynamique de développement. Personne ne bouge. Il n’y a d’ailleurs que des cafés à Khénifra. Entre deux cafés, il y en a un troisième. Certains sont dans l’agriculture, mais ils encaissent des coups durs pendant les années de sécheresse.
C’est la première année que je vois des gens faire la manche en brandissant leurs factures d’eau et d’électricité. Ça veut dire que ce ne sont pas des sans-abris qui n’ont pas de quoi manger. Non, ce sont des gens qui ont leur foyer, qui cachaient leur misère mais qui, maintenant, n’ont plus d’autre choix que de mendier dans la rue.

Dans certaines villes, ceux qui ont les moyens peuvent toujours se soigner correctement. A Khénifra, que tu aies les moyens ou pas, c’est pareil : il n’y a nulle part où aller. On a un hôpital énorme mais pas d’interlocuteurs! D’un côté, il y a un manque de personnel. Par exemple, des fois, c’est la directrice de l’hôpital qui gère aussi les urgences. D’un autre côté, le service est médiocre. Une fois, nous avons attendu le technicien du scanner pendant quatre heures. A la fin, ils étaient obligés d’aller le sortir de chez lui pour venir. Il est même venu en survêtement !
Pour l’enseignement, je pense que ce n’est pas la peine de s’étaler dessus, puisque tout le monde sait dans quel état il est. Une catastrophe à l’échelle nationale ! Les jeunes de Khénifra doivent aller à Beni Mellal ou Meknès s’ils veulent suivre des études universitaires. Beaucoup n’y vont pas parce que les parents n’ont pas les moyens de les envoyer. 
Même dans le domaine de la justice, il y a des problèmes. C’est pour ça que j’ai commencé par dire qu’il y a des problèmes à tous les niveaux, et je ne sais pas ce qui pourrait être fait pour que les gens retrouvent la confiance !

Exploiter les richesses locales et équiper l’hôpital 

Douzième ville visitée par la caravane des Indépendants, Khénifra a réuni 800 de ses habitants pour discuter des problématiques locales. Il en ressort beaucoup d’attentes liées aux potentiels inexploités de la région.

Située dans le dir du moyen Atlas, en amont des sources de l’Oum Errabii, la commune bénéficie d’un cadre naturel exceptionnel, avec la proximité des forêts de cèdres du parc national et une multitude de lacs. Elle dispose aussi d’un large patrimoine historique, dont plusieurs monuments classés, tels que la Kasbah de Moha Ou Hamou Zayani. De plus, la « ville rouge » est reconnue pour sa diversité culturelle et le tempérament de ses habitants, réputés fiers de leur origine Zayane et de leur identité amazighe. 

Pourtant, en dépit de tous ces points forts, le tourisme est relativement faible et l’activité économique limitée. Les industries liées à l’agriculture sont rares et peu d’entreprises viennent s’installer à Khénifra. En conséquence, depuis plusieurs années, le taux de chômage augmente et la pauvreté est de plus en plus présente dans la commune. Pour les citoyens, il est urgent d’exploiter les atouts de la région, d’encourager les investissements et de lutter efficacement contre les dysfonctionnements administratifs et de gouvernance. 

Selon la grande majorité des participants, il est également indispensable d’améliorer le secteur de la santé. Actuellement, la situation est affligeante : l’hôpital manque de personnel, notamment de médecins spécialistes, ainsi que de nombreux équipements essentiels. En outre, plusieurs habitants témoignent de son mauvais fonctionnement. Ils mettent en cause le favoritisme et le manque de considération pour les patients.

Les moyens alloués aux écoles sont jugés insuffisants par les Khénifris. Le manque d’établissements et d’enseignants entraîne l’encombrement des classes, où les élèves ont bien du mal à étudier. 

Propositions des citoyens:

  • Mettre à disposition plus de corps médical (surtout les spécialités) et équiper l’hôpital de matériel nécessaire ;
  • Développer le secteur du tourisme et les métiers en relation avec le patrimoine naturel, culturel et historique de la ville ; 
  • Aménager une zone industrielle et attirer les investisseurs en facilitant les démarches administratives ;
  • Construire davantage d’établissements scolaires ainsi qu’une annexe universitaire et les équiper ;
  • Construire des bibliothèques ;
  • Construire des centres de sensibilisation et de lutte contre l’analphabétisme ;
  • Améliorer l’infrastructure de la ville, principalement les routes ;
  • Améliorer la qualité de services de l’administration publique.

Partager sur twitter
شارك على تويتر
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
شارك عبر البريد الالكتروني
Partager sur whatsapp
أرسل عبر واتساب
Khenifra
2020 © التجمع الوطني للأحرار - جميع الحقوق محفوظة